PromoBenef : régie publicitairePromoBenef

[ ... ]

... Sa biographie ...

Michel Gérard Joseph Colucci, alias Coluche, vit le jour le 28 octobre 1944 dans le XIVe arrondissement de Paris. Originaire d'une famille du nord de l'Italie, le jeune Michel se prit rapidement d'affection pour le milieu artistique au détriment des études même s'il parvint toutefois à décrocher le certificat d'études primaires en juin 1958. 

Il perdit très jeune son père, peintre en bâtiment, qui décéda en 1947 à l'âge de 31 ans. Sa mère, fleuriste, dut alors élever ses deux enfants avec de faibles revenus. Michel passa sa jeunesse à traîner dans la quartier de Montrouge, banlieue Sud de Paris. Il prit goût à la musique mais s'orienta finalement vers la comédie en rejoignant la troupe du Café de la Gare créée par Romain Bouteille en 1969 dans le XIVe arrondissement. 

Il y côtoya de futurs acteurs et actrices comme Patrick Dewaere, Henri Guybet, Miou-Miou, Gérard Depardieu, Thierry Lhermitte, Josiane Balasko, Gérard Jugnot, entre autres ... En novembre 1971, il créa sa propre troupe "Au vrai chic parisien - Théâtre vulgaire" puis "Le vrai chic parisien". Le premier spectacle s'intitula "Thérèse est triste". C'est son ami Reiser, le dessinateur, qui fit l'affiche.

Du 15 février au 2 mars 1974, Coluche s'installa à l'Olympia pour le spectacle "Mes adieux au music-hall". C'est à sa moment là qu'il façonna son personnage en abordant sa célèbre salopette à rayures bleues et son tee-shirt jaune.

Il se révéla auprès du grand public lors d'une émission de télévision le 19 mai 1974 grâce à son sketch "C'est l'histoire d'un mec" où il tourna en dérision la difficulté de raconter une histoire . Coluche passa à l'antenne entre l'intervention de Valéry Giscard d'Estaing et celle de son rival malheureux, François Mitterrand.

Les radio ne furent pas insensibles aux qualités du bonhomme et Europe 1 l'enrôla le 24 avril 1974 où il co-anima l'émission "On n'est pas là pour se faire engueuler". Il quitta Europe 1 le 24 juin 1979.

En 1981, il rejoignit une toute nouvelle radio du nom de RFM. Coluche fut également un agitateur d’idées. Le 15 juin 1985, il anima avec Guy Bedos le concert de "SOS Racisme" place de la Concorde à Paris. De même, il organisa le 25 septembre 1985 un gigantesque canular gratuit : les télévisions et la France entière purent assister au mariage de Coluche et de l'imitateur Thierry Le Luron, "pour le meilleur et pour le rire". Une provocation avant-gardiste autour du mariage homosexuel.

Éclectique entre les sketches, le cinéma, la radio, la chanson, aide aux associations ... Coluche s'essaya aussi au jeu de la politique en lançant une campagne pour être candidat à l'élection présidentielle de 1981. Il annonça sa candidature le 30 octobre 1980. Le 14 décembre, un sondage publié par le "Journal du dimanche" le crédita de 16 % des intentions de vote ! Il se retira finalement de la course le 15 mars 1981 à cause notamment des pressions politiques.

Le 8 juillet 1985, il fit son retour sur les ondes d'Europe 1 en animant l'émission "Y’en aura pour tout le monde". Il partit en mars 1986. Entre temps, on l'aperçut également à la télévision sur Canal + avec "Coluche 1 faux".

Admiré par certains, craint par d'autres voir dénigré, Coluche ne laissa personne indifférent. Il se positionna comme le provocateur des années 80 et marqua tout une génération. Osant la grossièreté, chacune de ses apparitions télévisées étaient attendues avec grand plaisir. Il sut donner un nouveau visage à la télévision : plus de décontraction, les mots grossiers y étaient devenus chose courante.

Passionné de sports mécaniques, il s'engagea sur le Paris-Dakar. Il  tenta aussi et obtenu avec brio le record du monde de vitesse du kilomètre lancé sur piste à moto, le 29 septembre 1985.

Issu d'un milieu défavorisé, il prit conscience de grosses défaillances dans l'entraide française envers les plus démunis et créa un organisme caritatif toujours actif aujourd'hui : les "Restos du Cœur". Il fut également à l'origine d'une loi (dite "Loi Coluche"), votée en 1988, qui permet désormais à un donateur de déduire une partie de son don aux impôts.

Sa célèbre salopette lui avait été donnée par le mouvement Emmaüs. Devenu célèbre, il renvoya l'ascenseur en remettant un chèque d'un montant élevé à l’abbé Pierre pour ce mouvement. L'idée des "Restos du Coeur" fut lancée sur Europe 1 le 26 septembre 1985 en déclarant : "J’ai une petite idée comme ça, si des fois y’a des marques qui m'entendent, je ferai un peu de pub tous les jours. Si y'a des gens qui sont intéressés pour sponsorer [sic] une cantine gratuite qu’on pourrait commencer par faire à Paris".

Coluche décéda tragiquement le 19 juin 1986. Afin de préparer son spectacle, il s'était établi sur la Côte d'Azur, à côté d'Opio. Rentré de Cannes à moto avec deux amis, tout en roulant à allure modérée mais sans casque, il percuta un camion en effectuant une manœuvre délicate sur une route pleine de virages.

Le chanteur Renaud, grand ami de Coluche (ce dernier était le parrain de sa fille Lolita), lui a dédié une chanson quelques jours seulement après sa mort, "Putain de camion". Coluche est enterré au cimetière de Montrouge, dans le 14e arrondissement parisien, près de la porte d'Orléans.

29/10/2006.- Au carrefour des rues d'Alésia et de Tolbiac (13ème et 14ème  arrondissement de Paris), le maire socialiste Bertrand Delanoë a dévoilé une plaque au nom de Coluche, en présence de sa veuve Véronique Colucci et de ses deux fils, Romain et Marius. Josiane Balasko, Renaud, Luis Rego ou  Georges Moustaki, ont assisté à cette cérémonie.

[ ... ]